L’hydrogène moléculaire affecte la composition corporelle, les profils métaboliques et la fonction mitochondriale chez les femmes en surpoids d’âge moyen

 

1 Faculty of Sport and Physical Education, University of Novi Sad, Novi Sad, Serbia.
2 Faculty of Sport and Physical Education, University of Novi Sad, Novi Sad, Serbia. sergej.ostojic@chess.edu.rs.
3 University of Belgrade School of Medicine, Belgrade, Serbia. sergej.ostojic@chess.edu.rs.
4 Applied Bioenergetics Laboratory, Faculty of Sport and PE, University of Novi Sad, Lovcenska 16, Novi Sad, 21000, Serbia. sergej.ostojic@chess.edu.rs.
PMID: 28560519
DOI: 10.1007/s11845-017-1638-4
 2018 Feb;187(1):85-89. doi: 10.1007/s11845-017-1638-4. Epub 2017 May 30.

 

CONTEXTE:

L’hydrogène moléculaire (H2) traite efficacement les troubles liés à l’obésité chez les modèles animaux, mais aucune étude n’a été menée sur l’efficacité et la sécurité de l’hydrogène moléculaire H2 pour améliorer les biomarqueurs de l’obésité chez l’homme.

OBJECTIF:

Dans cet essai pilote croisé en double aveugle, contrôlé par placebo, nous avons évalué les effets de l’intervention de hydrogène moléculaire  H2 sur la composition corporelle, le statut hormonal et la fonction mitochondriale chez dix (n = 10) femmes en surpoids d’âge moyen.

METHODES:

Les volontaires ont reçu soit des minéraux générant de l’hydrogène (fournissant environ 6 ppm de hydrogène moléculaire H2 par jour), soit un placebo, par voie orale de caplets pendant 4 semaines. Le critère d’évaluation principal de l’efficacité du traitement était la modification du pourcentage de graisse corporelle entre le début de l’étude et 4 semaines. En outre, une évaluation d’autres indices de composition corporelle, des études de dépistage en laboratoire et une évaluation des effets indésirables ont été réalisées avant et lors du suivi. Enregistrement de l’essai clinique www.clinicaltrials.gov, numéro d’identification NCT02832219.

RÉSULTATS:

Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes de traitement en ce qui concerne les changements de poids, d’indice de masse corporelle et de circonférences corporelles au recul de 4 semaines (P> 0,05). Le traitement par hydrogène moléculaire H2 a réduit significativement le pourcentage de graisse corporelle (3,2 vs 0,9%, P = 0,05) et l’indice de graisse du bras (9,7 contre 6,0%, P = 0,01) par rapport à l’administration par placebo, respectivement. Ceci s’est accompagné d’une baisse significative des triglycérides sériques après une intervention d’hydrogène moléculaire H2 par rapport au placebo (21,3 vs 6,5%; P = 0,04), tandis que les autres lipides sanguins sont restés stables au cours de l’étude (P> 0,05). Les taux d’insuline sérique à jeun ont chuté de 5,4% après l’administration de hydrogène moléculaire H2, tandis que l’intervention du placebo a augmenté la réponse à l’insuline de 29,3% (p = 0,01).

CONCLUSIONS:

Il semble que l’administration orale de hydrogène moléculaire H2 sous forme de mélange de minéraux produisant de l’hydrogène pourrait être un agent bénéfique dans la gestion de la composition corporelle et de la résistance à l’insuline dans l’obésité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.